Retail Forum 2016 – le commerce stationnaire a-t-il encore une légitimité ?

Retail Forum 2016 – le commerce stationnaire a-t-il encore une légitimité ?

Les défis demeurent
Le 10 novembre 2016, le Retail Forum Switzerland, organisé par le Swiss Council of Shopping Center, a eu lieu pour la 6e fois à Zurich.
Selon la société GFK Switzerland, le commerce de détail helvétique est toujours confronté à de nombreux défis : la thématique monétaire, les achats à l'étranger, le commerce en ligne et les défis liés aux nouveaux canaux de distribution étaient au centre de l'événement.
En 2016 également, les spécialistes prévoient que le commerce de détail suisse doit s'attendre à des diminutions du chiffre d'affaires par rapport à l'an passé d'environ 1.4% à 2.0%. La cause principale n'est plus l'alimentation, mais les marchés nonfood sont entre-temps majoritairement concernés. On part du principe qu'en 2020 la part de marché du commerce de détail helvétique en ligne et par correspondance, dans les secteurs food / nearfood, augmentera en valeur de 1.8% actuellement à 3.0% et du nonfood de 14.0% aujourd'hui à 21.0%. Les prestataires en ligne déjà connus, comme Amazon, Zalando, Alibaba, Siroop, etc. continuent à se moderniser et tâtent précisément le pouls des consommateurs.

Le commerce stationnaire a-t-il encore une légitimité ?
Sans aucun doute ! Une modification disruptive du commerce doit avoir lieu. Les exigences ont évolué et évolueront encore. Pour exemple, le plus simple est d'évoquer le marché de la musique : en 2005, 99% des consommateurs achetaient encore de la musique enregistrée sur support physique; en 2014, cette quotepart était tombée à 56% et, aujourd'hui, seule une petite minorité y a encore recours. Le téléchargement et le streaming gagnent toujours plus de parts de marché et dominent celui-ci.

L'inspiration et l'épanouissement sont en vogue
Aucun client ne se rend encore dans un magasin pour acheter des articles, il veut s'y épanouir et être heureux. Si on réussit à offrir au client un niveau élevé d'inspiration, alors il achète davantage. Le prix n'est, de ce fait, plus au premier plan et la durée de présence du client dans le magasin augmente. A cet effet, nous ne devons pas uniquement «dépoussiérer» nos magasins, mais également ne pas oublier les collaborateurs. L'inspiration doit être nourrie, dans les esprits et les cœurs. La rapidité est primordiale. Le rythme des changements est toujours plus rapide, les consommateurs d'aujourd'hui sont informés en permanence et veulent être les premiers. Une mentalité de saisisseurs d'occasion se répand : essayer tout de suite, ne pas réfléchir longtemps. C'est la raison pour laquelle on doit être prêt pour la ruée, que ce soit offline ou online. Les espaces sont soudain redéfinis, de nouvelles formes d'offres se déploient devant nous, comme Uber, Air BnB et bien d'autres encore. Pokemon Go n'est que le début - les univers mis en scène sont en vogue. Modifier les perspectives, éliminer l'ennui - le magasin doit continuellement changer et ce qui est très important dans tout cela : le personnel doit être en mesure de raconter une histoire. De nouvelles opportunités surgissent, «Je suis fier d'avoir un disque vinyle, j'ai acheté physiquement un tel disque», cela pourrait être les nouveaux sentiments de bonheur. L'online n'est pas tout, «online goes offline». Amazon, Outfittery et d'autres prestataires en ligne ouvrent leurs propres magasins. L'endroit où on rencontre des amis, où on nous raconte une histoire et où, grâce à l'inspiration, on retrouve sa joie de vivre et on s'épanouit, c'est le commerce stationnaire. Et celui-ci aura toujours sa légitimité s'il évolue constamment.

L'équipe de notre Center Management se tient volontiers à votre disposition si vous avez des questions ou des suggestions.

Retour à l’aperçu

Partager cette page